Page suivante >
Paramètres microbiologiques : Bactéries revivifiables à 22°C et 36°C : La recherche des micro-organismes aérobies non pathogènes dits "revivifiables" permet de dénombrer les bactéries se développant dans des conditions habituelles de culture et représentant la teneur moyenne en bactéries d'une ressource naturelle. Ces germes n'ont pas d'effets directs sur la santé mais sous certaines conditions, ils peuvent générer des problèmes. Ce sont des indicateurs qui révèlent la présence possible d'une contamination bactériologique. La méthode de référence pour l'analyse consiste en un dénombrement du nombre de germes par ml d'eau : - germes totaux à 22°C = comptage des colonies obtenues après incubation à 22°C durant 72 heures - germes totaux à 36°C = comptage des colonies obtenues après incubation à 36°C durant 48 heures Coliformes : Les bactéries coliformes existent dans les matières fécales mais peuvent également se développer dans certains milieux naturels (sol, végétation). L'absence de coliformes totaux ne signifie pas nécessairement que l'eau ne présente pas de risque pathogène. Escherichia Coli (E. Coli) : Escherichia Coli ou colibacille est une bactérie intestinale des mammifères et très commune chez l'être humain. C'est un coliforme fécal, généralement commensal (organisme qui vit aux dépens d'un autre mais qui ne lui cause pas de dommage). Cependant, certaines souches peuvent être pathogènes. Celles-ci entraînent alors des gastro-entérites, infections urinaires, méningites ou septicémies. Limite de qualité : 0 / 100 ml Entérocoques : Ce sont des bactéries pathogènes opportunistes causant des septicémies, infections urinaires ou abdominales d'origine intestinale. Ils sont la cause de plus de 10% des infections nosocomiales. Les entérocoques sont des indicateurs de contamination fécale dans l'analyse de l'eau potable. Limite de qualité : 0 / 100 ml Pseudomonas aeruginosa : Pseudomonas aeruginosa est plus communément appelé le bacille pyocyanique. Cette bactérie vit à l’état saprophytique (capable de se nourrir de matière organique en décomposition) dans l’eau (eau douce ou eau de mer), le sol humide et sur les végétaux. Elle résiste peu à la dessiccation. Elle peut vivre en commensale (vivant aux dépens d’un autre organisme sans lui causer de dommage) dans le tube digestif de l’homme. Pseudomonas aeruginosa peut devenir pathogène et engendrer des infections locales, urinaires, méningites, gastro-entérites… Spores des anaérobies sulfitoréducteurs : Ce sont des formes résistantes d'organismes anaérobies, dont les plus fréquentes et les plus faciles à mettre en évidence sont les Clostridies. Elles sont normalement présentes dans les matières fécales mais en plus petite quantité que E. Coli. Elles sont également présentes dans le sol, les rivières. Leur absence dans une nappe souterraine ou une nappe alluviale est un signe d'efficacité de la filtration naturelle. Leur présence en l'absence de germes fécaux dans les eaux peut être interprétée comme un défaut de protection de la nappe contre la présence d'une flore bactérienne étrangère. Du fait de leur similitude de comportement avec les parasites, les spores constituent un bon indicateur pour ces micro-organismes. En outre, ces formes résistent à la chloration. Ceci explique que pour ce paramètre particulier, ce ne sont pas les bactéries elles-mêmes mais leurs spores qui sont recherchées. Paramètres chimiques : Azote Kjeldahl : La mesure de l'azote Kjeldahl est une méthode de dosage de l'azote de différents composés azotés : amines et sels d'ammonium. Limite de qualité : 1 mg/l Ammonium NH4+: Limite de qualité : 0.10 mg/l. S'il est démontré que l'ammonium a une origine naturelle, la valeur à respecter est de 0.50 mg/l pour les eaux souterraines. Chlore : Le chlore est ajouté dans l'eau pour éliminer les bactéries (E. Coli, entérocoques...). C'est un traitement de désinfection appliqué pour la distribution de l'eau du robinet. Au-delà de 5 mg/l, l'OMS estime que l'eau n'est pas saine à la consommation et qu'il existe un risque pour la santé. Chlorures : Les chlorures sont des éléments naturels qui se trouvent en plus ou moins fortes concentrations selon l'origine de l'eau. L'eau de mer contient une grande quantité de chlorures à cause de la présence de sels NaCl (chlorure de sodium) et MgCl (chlorure de magnésium). La concentration en sels de la Mer Morte est supérieure à 200 g/l. La concentration en sels de la Mer Méditerranée est d'environ 35 g/l. POur l'eau de consommation, la limite à ne pas dépasser est bien plus basse car la consommation excessive de sels entraîne des risques pour les patients atteints de maladies cardio-vasculaires ou rénales. Limite de qualité : 250 mg/l
Normes des analyses bactério et paramètres a...c paramètres c...n paramètres n...tParamètres d'analyses et normes de qualité ...1/3
Panier PaiementCOFRAC garantie d'une organisation générale fiable et de résultats d'analyse conformes aux normes établies
Assurance QualitéLes analyses sont réalisées sous accréditation
Payez directement par carte (pas besoin de compte paypal) à partir de la page de paiement Paypal
ACCUEIL COMMENT CA MARCHE Etapes de la commande Le prelevement en vidéo Informations paiement NORMES ANALYSES Paramètres d'analyse et normes de qualité BOUTIQUE EN LIGNE Station de potabilisation et filtration Kits analyses par bandelettes Kits analyses réactifs en gouttes Economie d'eau Anti tartre Gemka DOSSIERS La Qualité de l'eau Procedes traitements eaux brutes Gérer les ressources en eau Du poison dans l'eau du robinet (video) Rivières de médicaments (video) Water makes money (video) CONTACT PARTENAIRES accueil contact conditions générales de vente H2OME SOLUTIONS Mentions légales